TT Ads

Le système immunitaire défend l’organisme contre les infections. Bien qu’il fonctionne efficacement la plupart du temps, il arrive que notre système immunitaire tombe en panne et que nous tombions malades. Existe-t-il des moyens de renforcer notre système immunitaire et de prévenir les maladies ? Nous le découvrirons.
Le système immunitaire est un réseau de cellules, de tissus, de protéines et d’organes spéciaux qui travaillent ensemble pour protéger l’organisme contre les maladies et les envahisseurs étrangers potentiellement nuisibles.
Lorsque notre système immunitaire fonctionne correctement, il détecte les menaces, comme les bactéries, les parasites et les virus, et il déclenche une réponse immunitaire pour les détruire. Notre système immunitaire peut être largement divisé en deux parties : inné et adaptatif.
L’immunité innée est la protection naturelle avec laquelle nous sommes nés et notre première ligne de défense contre les infections. Dès la détection d’une infection, notre réponse innée agit rapidement pour tenter d’évacuer l’envahisseur en produisant du mucus supplémentaire ou en faisant monter le thermostat pour le faire exploser de fièvre.
L’immunité adaptative est une protection que nous acquérons tout au long de notre vie car nous sommes exposés à des maladies ou protégés contre elles par des vaccins. Le système adaptatif repère un ennemi et produit les armes spécifiques – ou anticorps – qui sont nécessaires pour détruire et éliminer l’envahisseur du corps.
Le système adaptatif peut prendre entre 5 et 10 jours pour identifier les anticorps nécessaires et les produire en nombre suffisant pour attaquer un envahisseur avec succès. Pendant ce temps, le système inné tient l’agent pathogène à distance et l’empêche de se multiplier.

Le système immunitaire peut-il être renforcé ?

En tant que telle, l’immunité innée ne peut pas être “stimulée”, et vous ne voudriez pas qu’elle le soit. Si la réponse innée était stimulée, vous vous sentiriez constamment mal en point avec un écoulement nasal, de la fièvre, de la léthargie et de la dépression.

L’efficacité de la réponse adaptative peut être accélérée par la vaccination. Un vaccin contient une version inoffensive du germe dont vous avez besoin d’être protégé. Le système adaptatif se souvient de l’envahisseur afin que la prochaine fois qu’il entre en contact avec le germe, il puisse agir rapidement pour lancer une attaque.

Alors que de nombreux produits prétendent renforcer l’immunité, ce concept n’a guère de sens sur le plan scientifique. Tenter de stimuler des cellules de toute sorte n’est pas nécessairement une bonne chose et peut entraîner des effets secondaires graves.

Le système immunitaire, en particulier, contient plusieurs types différents de cellules qui répondent à divers microbes de nombreuses façons. Quelles cellules augmenteriez-vous et à combien de cellules ? C’est une question à laquelle les scientifiques ne connaissent pas encore la réponse.

Ce que les chercheurs savent, c’est que le corps fabrique continuellement des cellules immunitaires appelées globules blancs, ou leucocytes, et qu’il produit beaucoup plus de cellules du système adaptatif – appelées lymphocytes – qui mûrissent en cellules B et T que nécessaire.

Les cellules en excès se détruisent d’elles-mêmes par un processus de mort cellulaire naturelle, appelé apoptose. On ignore quel est le meilleur mélange de cellules ou le nombre optimal pour que le système immunitaire fonctionne à son meilleur.

Système immunitaire affaibli

Pour de nombreuses personnes, le système immunitaire fonctionne bien pour se réguler et n’a pas besoin d’aide. Cependant, chez certaines personnes, les médicaments ou les troubles du système immunitaire causent une suractivité ou une faible activité du système immunitaire.

-Les troubles d’immunodéficience primaire sont généralement présents dès la naissance et sont causés par l’absence de certaines parties du système immunitaire.
-Les troubles d’immunodéficience secondaire surviennent lorsque le système immunitaire est compromis par des facteurs environnementaux, notamment le VIH, les brûlures graves, la malnutrition ou la chimiothérapie.
-Les allergies et l’asthme se développent lorsque le système immunitaire réagit à des substances qui ne sont pas nocives.
-Les maladies auto-immunes sont des affections comme le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, les maladies inflammatoires de l’intestin, la sclérose en plaques et le diabète de type 1, où le système immunitaire attaque par erreur les cellules et tissus du corps.

Les troubles du système immunitaire sont traités par des médicaments spécifiques qui s’attaquent aux symptômes et aux infections associées.

Impact du mode de vie sur la réponse immunitaire

Les principales composantes du système immunitaire comprennent les ganglions lymphatiques, les amygdales, la rate, la moelle osseuse et le thymus.
Il reste cependant beaucoup à apprendre sur l’inter connectivité et la complexité de la réponse immunitaire. Pour bien fonctionner, tout le système a besoin d’harmonie et d’équilibre. Le système immunitaire n’est pas une entité ou un champ de force unique qui a besoin d’être réparé pour fonctionner correctement.

Aucun lien direct n’a été établi entre le mode de vie et l’amélioration de la réponse immunitaire, mais les chercheurs ont étudié l’effet de facteurs comme l’exercice, l’alimentation et le stress sur la réponse du système immunitaire.

La meilleure chose que vous puissiez faire pour maintenir votre système immunitaire est d’adopter des stratégies de vie saine qui profiteront à tout votre corps, y compris votre système immunitaire. Ces stratégies pourraient inclure :

– manger une alimentation riche en fruits et légumes
-faire de l’exercice régulièrement
-le maintien d’un poids santé
-cesser de fumer
-ne consommez de l’alcool qu’avec modération
-dormir suffisamment
-éviter l’infection en se lavant régulièrement les mains
-réduire le stress

L’alimentation et le système immunitaire

Une alimentation équilibrée et la consommation des quantités recommandées de nutriments aideront à maintenir une fonction immunitaire normale.

Les vitamines A, C et D et les minéraux – dont le zinc – jouent un rôle dans le fonctionnement du système immunitaire. Si vous suivez un régime alimentaire équilibré, vous n’aurez pas besoin de prendre des suppléments de ces vitamines et minéraux et la prise de suppléments n’aidera pas particulièrement votre système immunitaire.

On sait que les populations qui souffrent de malnutrition sont plus vulnérables aux infections, et certaines données indiquent que les carences en certains micronutriments modifient les réponses immunitaires.

Vitamines et minéraux

Par exemple, il a été démontré que la carence en zinc – qui peut contribuer aux maladies chroniques – a un impact négatif sur la façon dont le système immunitaire réagit à l’inflammation chez les personnes âgées.

La supplémentation en vitamine D a été liée à des altérations du comportement du système immunitaire. La prise de suppléments de vitamine D pendant la grossesse – une période où le système immunitaire est en flux continu – peut modifier le système immunitaire du nouveau-né de manière à le protéger contre les infections respiratoires et l’asthme.

La recherche suggère que la vitamine D active les lymphocytes T qui peuvent identifier et attaquer les cellules cancéreuses et protéger contre le cancer colorectal chez certaines personnes. Chez les adultes plus âgés, il a également été démontré que la vitamine D réduit les infections respiratoires.

Aliments affectant la réponse immunitaire

Des études se sont concentrées sur la façon dont des aliments ou des régimes alimentaires spécifiques pourraient affecter la réponse immunitaire.

Les fibres solubles font passer les cellules immunitaires de pro-inflammatoires à anti-inflammatoires, ce qui nous aide à guérir plus rapidement des infections.

-Le ptérostilbène et le resvératrol, que l’on trouve respectivement dans les bleuets et les raisins rouges, aident à augmenter l’expression du gène du peptide antimicrobien cathelicidine humaine (CAMP), qui est impliqué dans la fonction immunitaire. Le gène CAMP joue un rôle vital dans le système immunitaire inné.

– Les pros biotiques peuvent aider à contrer les effets indésirables des antibiotiques à large spectre en maintenant le système immunitaire prêt à réagir aux nouvelles infections.

On a découvert que l’huile de poisson riche en DHA augmente l’activité des lymphocytes B, ce qui pourrait être prometteur pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Le jeûne prolongé a été associé à la régénération des cellules souches des cellules immunitaires plus âgées et endommagées.

La curcumine, présente dans le curry et le curcuma, peut aider le système immunitaire à débarrasser le cerveau des plaques bêta-amyloïdes présentes dans la maladie d’Alzheimer.

Les régimes riches en graisses et en calories déclenchent une réponse du système immunitaire similaire à celle d’une infection bactérienne. Les chercheurs suggèrent que la consommation d’aliments malsains rend les défenses de l’organisme plus agressives longtemps après le passage à une alimentation saine, ce qui peut contribuer à des maladies comme l’artériosclérose et le diabète.

L’exercice et le système immunitaire< /h2>

Tout comme une alimentation saine, l’activité physique régulière contribue à une bonne santé générale et, par conséquent, à un système immunitaire sain. L’exercice favorise une circulation sanguine efficace, ce qui permet aux cellules du système immunitaire de bouger afin qu’elles puissent faire leur travail efficacement.

Une étude a révélé que seulement 20 minutes d’exercice modéré stimulent le système immunitaire, ce qui, à son tour, produit une réponse cellulaire anti-inflammatoire.

Les chercheurs ont noté que leurs résultats ont des implications encourageantes pour les personnes atteintes de maladies chroniques – y compris l’arthrite et la fibromyalgie – et d’obésité.

D’autres recherches ont découvert que la meilleure façon d’éviter les changements défavorables du système immunitaire et d’aider le corps à récupérer après un exercice intense était de consommer des glucides pendant ou après.

Les auteurs de l’article suggèrent qu’entre 30 et 60 grammes de glucides par heure pendant l’activité physique peut aider à maintenir une fonction immunitaire normale.

Autres facteurs de réponse immunitaire

En plus d’une alimentation équilibrée et d’une activité physique régulière, les scientifiques ont trouvé des preuves d’autres facteurs qui peuvent affecter la réponse du système immunitaire.

La privation chronique de sommeil peut diminuer la réponse du système immunitaire et la circulation des globules blancs, tandis qu’un sommeil lent – ou profond – renforce la mémoire du système immunitaire des agents pathogènes qui ont déjà été rencontrés.

Sortir à l’extérieur sous la lumière du soleil peut être bénéfique pour le système immunitaire. Les chercheurs ont découvert que la lumière du soleil stimule les lymphocytes T qui luttent contre les infections et qui jouent un rôle clé dans l’immunité. Plus précisément, la lumière bleue qui se trouve dans les rayons du soleil a accéléré le mouvement des lymphocytes T, ce qui peut les aider à se rendre à un site d’infection et à réagir plus rapidement.

La réduction du stress peut également aider à soutenir le fonctionnement normal du système immunitaire.

Une étude a révélé que l’anticipation d’un événement heureux ou amusant augmentait les niveaux d’endorphines et d’autres hormones qui induisent un état de relaxation. Le stress chronique peut supprimer la réponse du système immunitaire et sa capacité à combattre la maladie ; par conséquent, la réduction du stress peut aider à prévenir les infections et autres troubles.

Chanter dans une chorale pendant une heure a permis de réduire le stress, d’améliorer l’humeur et d’augmenter les niveaux de protéines immunitaires chez les personnes atteintes de cancer et leurs aidants. Les résultats de l’étude démontrent que quelque chose d’aussi simple que le chant peut aider à réduire la suppression du système immunitaire liée au stress.
La solitude a également été identifiée comme un facteur de stress qui peut affecter le système immunitaire.

La recherche a indiqué que les personnes seules produisaient des niveaux plus élevés de protéines liées à l’inflammation en réponse au stress que celles qui se sentaient socialement liées.

Les protéines liées à l’inflammation sont associées à des maladies comme le diabète de type 2, les maladies coronariennes, la maladie d’Alzheimer et l’arthrite.

Bien que de nombreuses questions subsistent sur le fonctionnement du système immunitaire, il est clair qu’une alimentation saine, une activité physique régulière, un sommeil suffisant et une réduction du stress contribueront grandement à maintenir votre immunité.
Conseils pour un système immunitaire sain

TT Ads

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *
You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>